#1 C’est dans un café que tout commence…

Mon grand-père était ailleurs

Première chose pour ce premier billet : comment est née l’idée de ce blog et ce que vous allez y trouver.

Rendez-vous un soir avec une ancienne collègue débarquée de Californie. A Paris pour un passage éclair, elle a résolu l’équation temps en invitant à une même tablée des amies de tous horizons. J’apprends que l’une a écrit un livre pour enfants sur les pérégrinations sa grand-mère durant la guerre. Nous réalisons que nos familles ont des histoires proches, très proches !

Or, depuis plusieurs années, je me suis prise de passion pour l’histoire de mes grands-parents maternels et accumule matériels, témoignages, photos, ouï-dires concurrents ou convergents… Je voudrais moi aussi donner une forme tangible à cette recherche, faire partager mon expérience. Pourquoi pas sous la forme d’un blog ?

Mes amies et moi sommes ce soir-là dans un lieu de détente bobo bon enfant : la Penderie. Evidemment… Mon grand-père était tailleur.

« Chop Suey » d’Edward Hopper (1929).

Transmettre

D’un jour à l’autre, ma sœur va être maman. Elle aimerait que, quand elle sera plus grande, j’infuse chez ma petite nièce quelques herbes de judéité. Qu’est-ce qu’être juif quand, comme moi, on n’est ni croyant ni religieux ?

A mes yeux c’est avant tout les racines. Et mes racines c’est… beaucoup d’interrogations. Quelle fut l’histoire de ma famille pendant la guerre ? Qu’est-il advenu de ceux restés à Varsovie ? La rupture de la Shoah empêche-t-elle irrémédiablement de remonter plus haut dans la généalogie familiale ?
Voilà plus de raisons qu’il n’en faut pour continuer mes recherches et  donner le jour à ce blog.

Que sera ce blog ?

L’histoire de ma famille pendant la guerre

Elle ressemble à celle de bien des familles juives polonaises durant cette période tragique, et pourtant elle est différente. Peut-être y reconnaîtrez-vous celle de votre grand-mère ou de votre grand-oncle ? N’hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Un carnet de recherche

Comment je procède pour avancer, moi qui en savais si peu au départ ?  Cercles de généalogie, voyages, rencontres, livres, archives, sites internet… Je vous ferai part ici de ma manière de progresser… parfois erratique, il faut bien l’avouer !

Un lieu de réflexion

Pourquoi je mène cette recherche ? Quelles réflexions cela entraîne-t-il ? Ce qu’ont vécu nos aïeux deux générations avant nous n’a-t-il aucun impact sur nos vies aujourd’hui ? Je vous ferai part de mes multiples interrogations liées à l’héritage familial.

Un hommage

L’écrivain Françoise Milewski a mené une telle recherche et en a fait un livre. Elle parle de Livre du souvenir en hommage aux « yizker-biher », ces livres mémoriaux écrits après la Catastrophe, souvent par les membres d’une communauté, pour maintenir et transmettre le souvenir de leur ville.
A mon échelle plus modeste, je souhaite également rendre hommage à mes aïeux pour ce qu’ils ont enduré pendant la guerre.

C’est parti pour une odyssée dans l’odyssée de ma famille…

Léa de Kokjengak

Ulysse attaché au mât de son navire, afin de ne pas succomber au chant des sirènes, mosaïque romaine, IIIe siècle. Scanné de « Coureurs des mers », Poivre d’Arvor. Dougga.

4 Comments

  1. Michel

    Bonjour Léa!

    Une amie m’a orienté vers votre site que je trouve très intéressant. Merci de partager tout ça!

    Ma famille polonaise n’a pas pris l’option (a-t-elle eu le choix?) de partir à l’Est et une grande partie a été décimée dans la Shoah, à l’exception de mes parents, puisque je suis né après la Guerre.

    Je fais partie – à Genève – d’un groupe de discussion de personnes de la 2ème (3ème, etc.) génération.

    Il me semble (mais j’avoue que je n’ai pas encore lu tout votre blog en détail) que vous n’abordez pas (encore) le thème de votre vécu de descendante de victimes. Peut-être pourriez-vous faire un « post » à ce propos?

    Au plaisir d’une réponse de votre part!

    Michel

    Répondre
    1. Léa de Kokjengak

      Bonjour Michel,
      Merci pour votre commentaire et pour votre intérêt pour mon blog. Concernant mon vécu comme descendant de victime, je l’aborde au fil de mon récit. Ainsi, dans le billet 14, j’évoque mon mode de vie très sédentaire et ma frilosité concernant les voyages, que je mets en lien avec la Shoah et les nombreux déplacements de mon grand-père et des siens pendant la guerre. Mais il est vrai que ce sujet mériterait encore d’être approfondi, d’autant qu’il est une importante préoccupation pour moi. Il apparaîtra encore dans d’autres billets à l’avenir, toujours en lien avec mon récit.
      J’aimerais beaucoup découvrir votre groupe de discussion et, si vous avez des lectures à me conseiller concernant cette transmission, je suis également preneuse !

      Répondre
  2. Primack Molko

    Je suis très intéressée par votre blog qui rejoint mon but actuel, transmettre l’histoire de nos familles.
    Je viens d’écrire un commentaire. Mais j’ignore s’il est bien parti !
    Cordialement.
    Evelyne

    Répondre
    1. Léa de Kokjengak

      Il est bien parti, Evelyne. Merci pour votre commentaire. Est-ce que vous écrivez également l’histoire de votre famille ? Est-elle proche de celle de la mienne ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *